• Un empoisonnement de rapaces sanctionné.

    Le 15 janvier 2013, le tribunal correctionnel des Sables d'Olonne a condamné un agriculteur retraité d'Angles à deux mois de prison avec sursis et 500 euros d'amende.

    Busard des roseaux en vol

    © cc-by-sa.3.0.Boldings

    Busard des roseaux (Circus aeruginosus) en vol

    En juillet 2011, les agents de l'ONCFS avaient constaté, sur son terrain de Saint-Benoist-sur-Mer, la présence de rats empoisonnés et de trois cadavres de milans.

    En mars 2012, le même agriculteur a été une nouvelle fois contrôlé et les agents ont découvert sur son terrain un cadavre de rat gris, à quelques mètres de ceux de deux busards des roseaux.

    Le prévenu a avoué que les rats empoisonnés servaient d'appât pour piéger les buses ou les pies, qui, d'après lui, détruisaient ses canetons. Pour cela, il utilisait du carbofuran, un pesticide très toxique dont l'usage est interdit en France.

    Le tribunal a donc sanctionné le coupable, condamné par ailleurs à verser 1 000 € de dommages et intérêts à la LPO et 400 € à la fédération départementale des chasseurs de Vendée.

    L'empoisonnement est la première cause de destruction d'espèces sensibles comme le busard des roseaux.

    • Source : Actu Biodiversité, la lettre d’actualité du Réseau Biodiversité de France Nature Environnement, n° 119, janvier 2013.
    « Sur le projet de liaison électrique 225 000 V Recouvrance-La Merlatière.Xynthia : trois ans plus tard, le risque est toujours là. »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :