• Parc éolien marin des deux îles : un projet à étudier dans toutes ses dimensions.

    Le consortium mené par GDF Suez vient d’être déclaré par le gouvernement lauréat du marché public du parc éolien « des deux îles » qui devrait s’implanter entre l’ile d’Yeu et Noirmoutier, au large de la Vendée. Réactions de FNE Pays de la Loire, Vendée Nature Environnement, COORLIT 85 et Vivre l’île 12/12.

    Parc éolien marin des deux îles : un projet à étudier dans toutes ses dimensions.

    Le parc éolien offshore « Alpha Ventus », réalisé en 2009 en Mer du Nord (D.R.).
    Les éoliennes du futur parc des Deux-Iles dériveront du modèle M5000
    implanté par Areva sur celui d'Alpha Ventus.

    Un deuxième parc éolien offshore pour les Pays de la Loire

    La désignation du consortium chargé de mener à bien ce projet d’implantation d’un parc éolien offshore au large des côtes vendéennes était attendue. Elle témoigne une nouvelle fois de l’implication de la région Pays de la Loire en matière d’énergies maritimes renouvelables : en effet un projet analogue est actuellement élaboré, à un stade plus avancé, au large de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).

    Pour Yves LEPAGE, président de FNE Pays de la Loire : « notre région a besoin des énergies renouvelables et ce type de projet est indispensable pour atteindre les objectifs du schéma régional du climat, de l’air et de l’énergie qui vient d'être adopté. Il ne doit être qu’une des nombreuses actions volontaristes menées dans la région en matière de réduction des émissions de gaz à serre, économies d’énergie en tête : la transition énergétique passe par la pluralité des axes d’intervention ».

    La nécessité d’appréhender tous les enjeux en concertation avec le monde associatif

    La phase d’élaboration du projet qui s’ouvre devra fournir l’occasion à tous les acteurs de faire état de leurs préoccupations, notamment quant aux incidences sur les fonds marins et la biodiversité, supports des activités locales de pêche. « Nous espérons pouvoir participer à des échanges constructifs avec le porteur de projet » indique Marie-Thérèse BEAUCHENE, présidente de l’association noirmoutrine Vivre l’ile 12/12. « Il est essentiel que les aspects environnementaux soient pris en compte très en amont, afin que soient présentées les différentes alternatives possibles s’agissant de l’implantation du projet, de son étendue et de son raccordement au réseau terrestre ». À l’image de la procédure menée autour du projet de Saint-Nazaire, les associations de défense de l’environnement demandent que soit organisé un débat public permettant de discuter de ces questions. 

    Des études poussées devront démontrer que les aménagements proposés sont ceux qui respectent au mieux le milieu marin. Par ailleurs, les décideurs devront tenir compte et réguler les fortes pressions qui s’exercent déjà sur ce secteur, dont les extractions de granulats marins. Les impacts cumulés des différentes activités ne doivent pas conduire à la mise en péril d’un environnement particulièrement sensible, et par ailleurs encore mal connu.

    7 mai 2014, communiqué des associations :

     

    Parc éolien marin des deux îles : un projet à étudier dans toutes ses dimensions

     

    Parc éolien marin des deux îles : un projet à étudier dans toutes ses dimensions

    Parc éolien marin des deux îles : un projet à étudier dans toutes ses dimensions

     

    Parc éolien marin des deux îles : un projet à étudier dans toutes ses dimensions

     
    « Atelier : élevages intensifs, nitrates et pollution des eaux.Parc naturel régional pour le Marais Poitevin : corrigeons les faiblesses ! »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :