• Le bon état des eaux superficielles : pour quand ?

    La Directive-cadre sur l'eau (DCE) demande de garantir à terme le « bon état » des eaux. S'agissant des eaux de surface, ce « bon état » se décline par comparaison avec des conditions de référence représentatives d’une situation non perturbée ou très peu perturbée par l’activité humaine, et selon plusieurs paramètres qui caractérisent l’état écologique d'une part, et l’état chimique d'autre part.

    Le « bon état » d'une masse d'eau superficielle suppose que son état chimique soit bon, et aussi que son état écologique soit au moins bon (sur un gradient allant de mauvais à très bon).

    La caractérisation de l'état chimique repose sur la présence ou non de certaines substances toxiques ; l'état écologique met en jeu des indices biologiques, physico-chimiques et hydromorphologiques.

    Le bon état des eaux superficielles : pour quand ?

    Indices d'état écologique des cours d'eau du département de la Vendée.
    AELB MISEN Vendée, 15/03/2013

    En Vendée, une récente communication préfectorale indique l'ampleur des efforts qui restent à effectuer pour parvenir à l'objectif, puisque « 49 % des masses d'eau superficielles (cours d'eau, plans d'eau, littoral) devront être en bon état écologique en 2015 » et qu'à ce jour « 10% seulement de ces masses d'eau présentent ce niveau de qualité écologique. »

    De toute évidence, les actuels programmes de mesures supposés concourir à l'objectif ne sont pas à la hauteur de l'ambition. De quoi donner donner à réfléchir dans le cadre de la consultation en cours relative aux questions importantes pour l'eau !

    oOo

    Pour en savoir plus sur les règles d’évaluation de l’état des eaux :

    - L’état écologique d’une masse d’eau de surface résulte de l’appréciation de la structure et du fonctionnement des écosystèmes aquatiques associés à cette masse d’eau. Il est déterminé à l’aide d’éléments de qualité : biologiques (espèces végétales et animales), hydromorphologiques et physico-chimiques, appréciés par des indicateurs (par exemple les indices invertébrés ou poissons en cours d’eau). Pour chaque type de masse de d’eau (par exemple : petit cours d’eau de montagne, lac peu profond de plaine, côte vaseuse...), il se caractérise par un écart aux « conditions de référence » de ce type, qui est désigné par l’une des cinq classes suivantes : très bon, bon, moyen, médiocre et mauvais. Les conditions de référence d’un type de masse d’eau sont les conditions représentatives d’une eau de surface de ce type, pas ou très peu influencée par l’activité humaine.

    - L’état chimique d’une masse d’eau de surface est déterminé au regard du respect des normes de qualité environnementales (NQE) par le biais de valeurs seuils. Deux classes sont définies : bon (respect) et pas bon (non-respect). 41 substances sont contrôlées : 8 substances dites dangereuses (annexe IX de la DCE) et 33 substances prioritaires (annexe X de la DCE)

    http://www.eaufrance.fr/observer-et-evaluer/etat-des-milieux/regles-d-evaluation-de-l-etat-des/

    « Les questions de l’eau vous intéressent ? Donnez votre avis !En Vendée aussi, les poussières fines dégradent la qualité de l'air. »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :