• A831 et Notre-Dame-des-Landes : de nombreux points communs.

    Une réunion publique d'information sur les projets d'autoroute A831 entre Fontenay-le-Comte et Rochefort, et d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, a réuni 120 participants le lundi 17 novembre dans la salle des Petites Écuries à La Roche-sur-Yon.

    A831 et Notre-Dame-des-Landes : de nombreux points communs.

    Les données-clés du projet A831.

    Cette réunion était animée par Daniel Daniel, membre du comité de soutien de La Roche-sur-Yon aux opposants au projet d'un deuxième aéroport à 30 kilomètres de Nantes. Les quatre intervenants invités de cette soirée étaient Julien Durand, agriculteur retraité de Notre-Dame-des-Landes et président de l'Association Citoyenne Intercommunale des Populations Concernées par le Projet d'Aéroport (ACIPA) ; Tifaine, jeune habitante de la zone à défendre (ZAD) ; Jean-Louis Martin, agriculteur du Collectif d'Organisations Professionnelles Agricoles INdignées par le projet (COPAIN) ; et Yves le Quellec, président de Vendée Nature Environnement.

    Les deux sujets de la soirée ont pour points communs qu'ils concernent des infrastructures de transport, qu'ils affectent des terres agricoles et des zones humides et aussi qu'ils résultent de velléités vieilles de 30 ou 40 ans. Ils constituent des réponses inappropriées par rapport au développement souhaitable aujourd'hui, et les déclarations d'utilité publique sur lesquelles ils s'appuient relèvent de procédures qui ne sont guère que des simulacres de démocratie.

    Dans les deux cas leurs promoteurs brandissent aussi l'argument fallacieux de « l'emploi », alors qu'on sait que dans le cas de l'aéroport il ne s'agirait que de déménager au nord de Nantes des emplois aujourd'hui au sud de la Loire, et que s'agissant de l'autoroute, l'expérience montre, spécialement à Fontenay-le-Comte avec l'A83, qu'une telle réalisation n'a pas empêché les entreprises de partir.

    Ces projets ne serviraient en fait que les intérêts à court terme de sociétés de travaux publics et des exploitants des péages.

    Yves le Quellec a dénoncé le saucissonnage des dossiers et des consultations qui amènent les élus et les experts consultés  à ne finalement donner leur avis que sur des détails alors que l'essentiel est acté ailleurs.

    Julien Durand a également attiré l'attention sur le débat en cours au sujet de la création de nouvelles liaisons ferroviaires à grande vitesse dans l'Ouest, pour faire remarquer que les divers scénarios passent tous bizarrement par Notre-Dame-des-Landes et qu'ils occultent les travaux de l'association Nexus ; laquelle a démontré que d'autres solutions existent, partant des lignes existantes et de l'aéroport actuel de Nantes-Atlantique. Un « plan B » qui est coupable d'un inconvénient peut-être décisif : il balaie la prétendue utilité de Notre-Dame-des-Landes et contrarie donc ses promoteurs.

    « Un rapport tire le bilan, très mitigé, du plan d'action pour le Marais Poitevin.Pour une meilleure gestion et protection du littoral vendéen. »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :